Animaux du désert marocain

Gros plan sur ces animaux que nous aimons, généralement ... ne pas croiser !

Les petits animaux qui peuplent le désert marocain (les scorpions, les serpents, les moustiques, les mouches, les scarabées, les poissons des sables...)  fascinent beaucoup moins que leurs homologues plus grands (les dromadaires, les gazelles, le lynx ou encore les fennecs).

Et pour cause, leurs mauvaises réputations incitent plutôt à une peur "primaire" qu'à l'admiration.

Un petit point sur ces animaux, qui ne sont pas inoffensifs, mais dont les peurs peuvent dépasser le risque réel.

 

Les scorpions dans le désert du Maroc

Le scorpion, celui qui impressionne le plus les voyageurs !

Le scorpion est un animal de couleur sombre (noir à jaune). Il est de nature très peureuse. C'est un arachnide, de la même famille que les araignées, à la différence près, qu'il a 2 pinces et un aiguillon venimeux.  On le retrouve surtout l'été, quand les journées et les nuits sont chaudes, de juin à septembre. Il y a très peu de chance de le rencontrer d'octobre et mai. Son activité est avant tout nocturne et crépusculaire. Il n'apprécie pas la chaleur du soleil et se réfugie en journée dans des endroits sombres et idéalement humides (il ne peut pas grimper sur les surfaces lisses). Le scorpion se nourrit surtout d'insectes vivants, et ne pique que s'il se sent menacé. 

 

Le Maroc enregistre une cinquantaine d'espèces de scorpions, et l'on comptabilise un peu plus de 25 000 piqures par an qui surviennent généralement pendant les mois chauds, entre 18h et 9h (un chiffre en régression chaque année). Les régions les plus "à risque" au Maroc sont les provinces du Sud, dont Agadir, Marrakech, Essaouira, Safi. Les principales victimes de ces piqures sont les enfants. Les cas de piqures graves sont très rares. En général, le scorpion ne peut injecter suffisamment de venin pour rendre mortelle une piqure (en moyenne, moins de 40 cas mortels par an, dont 95% d'enfants, chiffre qui tend également à régresser).

Ainsi, les personnes piquées et non envenimées (douleur au point de piqure) représentent près de 90% des piqures ; les personnes légèrement envenimées (sueurs, vomissements) représentent 9% des piqures ; les personnes envenimées, dites "cas graves" représentent 1% des piqures de scorpions.

  • Comment éviter de se faire piquer par un scorpion ?
    • Dans les campagnes : éviter les endroits rocheux, les terres labourées et les herbages
    • Dans les villages (ou villes) : une attention particulière doit être portée aux vieux murs, dans les "débarras"
    • Dans le désert (notamment pendant les excursions d'été) : secouer les chaussures, les vêtements, le sac à viande, le sac de voyage avant d'enfiler ses pieds, ses mains ou son corps. Ne pas marcher pied nu au coucher du soleil et la nuit,
  • En cas de piqure, à quoi s'attendre ?
    • Dans la majorité des cas, les effets sont locaux : douleurs, engourdissements, démangeaisons et gonflements
    • Plus rarement, peuvent apparaitre des troubles de coordination des mouvements, des troubles visuels, pulmonaires ou cardiaques.
  • En cas de piqure, que faire ?
    • Rester calme et se mettre au repos.
    • Evaluer son état : état de conscience, respiratoire, pouls etc...
    • Se faire évacuer à l'hôpital le plus proche au moindre symptôme (sueur, vomissement...)
    • Contacter le centre national de contrôle antipoison et de pharmacovigilance au N° 0 801 000 180.
  • En cas de piqure, ce qu'il ne faut pas faire :
    • Une incision ou la scarification au niveau du point de piqure
    • La succion (au risque d'entrainer l'envenimation de la personne qui le pratique)
    • La pose d'un garrot

 

Si vous avez peur des scorpions et appréhender une rencontre inopinée, préférez effectuer un voyage entre octobre et avril, le risque est quasi inexistant. A contrario, voyager au Maroc en juillet et août, ne signifie pas nécessairement de rencontrer des scorpions. 


Les serpents dans le désert du Maroc

Le serpent au Maroc comme en Europe, hiberne en hiver et commence ses pérégrinations à partir de la fin du printemps jusqu'au début de l'automne. Le plus connus et répandus dans le désert marocain est la vipère de l'erg. Ce serpent de couleur sable mesure un peu moins de 40 cm et se nourrit de petits rongeurs et de lézards. Tout comme le scorpion, la vipère de l'erg a une activité davantage nocturne et se déplace peu en journée, préférant se terrer dans les lieux les moins chauds.

 

Au Maroc, les morsures de serpent sont rares, près de 350 cas par an (à titre de comparaison, le nombre de morsure de vipère en France est équivalent). Les cas graves sont rarissimes (moins de 5 cas par an) et sont principalement répertoriés dans la région d'Agadir - Marrakech.  Avant toute attaque, la vipère de l'erg émet des signes d'agacement., ce qui laisse le temps de partir, de s'enfuir.

  • En cas de morsure, que faire ?
    • Rester calme et se mettre au repos.
    • Se faire évacuer à l'hôpital le plus proche où sera administré un antipoison.
    • Contacter le centre national de contrôle antipoison et de pharmacovigilance au N° 0 801 000 180.
  • En cas de morsure, ce qu'il ne faut pas faire :
    • Une incision ou la scarification au niveau du point de morsure
    • La succion (au risque d'entrainer l'envenimation de la personne qui le pratique)
    • La pose d'un garrot

Les moustiques dans le désert du Maroc

Bonne nouvelle !

Il y a très peu de moustiques dans le désert. Seuls quelques peaux très réactives peuvent en subir quelques effets (boutons / démangeaisons) mais cela reste rare. Le Maroc est épargné de toutes les épidémies liées aux moustiques : paludisme, dengue, chikungunia.


Les autres animaux du désert du Maroc

Rapide aperçu de ces autres petites bêtes que l'on peut retrouver dans le désert marocain.

Majoritairement inoffensives, elles ne jouissent malgré tout pas d'un regard bienveillant ou d'admiration.

  • Les mouches : pourtant utile, dit'on, sont en grandes majorités détestées des hommes. Dans le désert, elles sont surtout présentes en début d'automne (période de maturité des dattes). Le port d'un chèche et de vêtements longs permet de s'en protéger et d'éviter d'avoir la désagréable sensation de leurs pattes sur la peau. Les mouches du désert marocain sont de la même famille que les mouches d'Europe, 100% inoffensives.
  • Les scarabées : de grosseurs variables, les scarabées s'invitent un peu toute l'année lors des treks dans le désert. Un peu de nourriture jeté au sol, et ils sortent de leurs petits terriers. Complètement inoffensif, ils sont bien souvent des amis de jeu pour les jeunes trekkeurs. 
  • Les araignées du désert : elles sont davantage connues pour leurs acrobaties et leurs déplacements très rapides. Elles sont fines, inoffensives et de couleurs jaunes à blanches. Il n'est pas facile de les apercevoir.
  • Le poisson des sables : niché dans les dunes et de couleurs sable, cet animal mi-poisson mi-lézard est difficile à apercevoir et à attraper (sauf pour les nomades), mais il est souvent présent dans les dunes. 
  • Les tiques de dromadaires : Elles sont grosses, la taille d'un pouce voir un peu plus et de couleur grise. Elles peuvent se trouver sur les dromadaires (dans le cou bien souvent) ou à proximité. Elles sont totalement inoffensives pour l'homme et ne transmettent pas de maladie.

Source : le360.ma - ecotourisme.geoparcjbelbani.com - atlasinfo.fr


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Obert Elisabeth (jeudi, 14 juillet 2022 08:30)

    Article intéressant.
    Remarque: une tique (feminin)
    Un tic (nerveux)

  • #2

    Mélodie du désert (jeudi, 14 juillet 2022 10:57)

    @Obert Elisabeth : Merci pour votre remarque. Correction effectuée :=).